© 2017 Libre Esthétique. All rights reserved
Biographie

Considérée comme une pianiste pour qui la musique demeure avant tout un mélange de pensée et de matière, Thérèse Malengreau est appréciée pour son sens de la rigueur autant que pour son refus de l’emphase. La critique lui reconnaît une extrême sensibilité ainsi qu’une palette sonore imaginative capable d’emmener l’auditeur en voyage.

 

Cette artiste active et originale construit de véritables expositions musicales qui, fréquemment, relient la musique aux arts plastiques et à la littérature. « Hors des sentiers battus, ses programmes de concerts et d’enregistrements, élaborés selon des logiques cohérentes et neuves, entraînent l’adhésion des auditeurs les moins prévenus »  (G. Cantagrel).

 

Elle se distingue par ses interprétations du répertoire du tournant des XIXe et XXe siècles jusqu’aux œuvres contemporaines. Toujours en recherche, elle a découvert et créé bon nombre de partitions du passé ou du présent ; plusieurs compositeurs souhaitent son concours et lui dédient leurs œuvres.

 

Témoin éclatant de cette perspective artistique, sa discographie composée d’une dizaine d’enregistrements en piano solo est chaleureusement saluée par la presse internationale. Y figurent Belgium musical visions et Parade clowns et bouffons sous le label Miroirs ainsi que des CD monographiques publiés par Cyprès. Viennent de paraître Weihnachtsbaum (Liszt, Bartók, Crumb) chez Etcetera et Météorite et ses métamorphoses d'André Riotte chez Naxos, Grand Piano.

 

Thérèse Malengreau se produit régulièrement en Europe, dans des salles et festivals renommés ainsi que dans des musées : Ars Musica, Festival de Wallonie et Festival van Vlaanderen (B), Les Flâneries de Reims, Musée d’Orsay, Ircam, Archipel (F), VPRO, Philips Zaal (NL), MartaHerford (D), Fondation Alain, Zentralbibliothek Zürich (CH), Auditorium national de Madrid (E)… Elle a présenté un grand nombre de concerts, en solo et en musique de chambre, souvent captés par la radio, auxquels elle a donné un axe poétique conçu comme reflet du monde ou comme l’illustration d’un genre ou d’une forme musicale, d’un courant esthétique. À côté des grandes œuvres du répertoire pianistique, elle n’hésite pas à proposer des partitions peu connues de Liszt, Wagner, Satie, Debussy ou de Lekeu, Tournemire, Chausson, Malipiero, Janacek, Koechlin… sans compter des noms oubliés comme Hauer, Obouhov, Ullmann, Alain, Dupré.

 

Une solide formation fonde sa carrière. Élève de Nicole Henriot-Schweitzer, elle s’est perfectionnée auprès de Yevgeni Malinin, Bernard Lemmens et Léon Fleisher. Titulaire de plusieurs premiers prix et diplômes supérieurs du Conservatoire royal de musique de Bruxelles, lauréate de la Fondation de la Vocation, elle s’est dotée également d’une maîtrise universitaire en philologie romane. La complémentarité de ses études ajoutée à un rêve d’enfance d’une réunion des arts lui a permis d’une part d’emprunter la voie de la recherche et de l’enseignement en esthétique comparée des arts, et d’autre part de travailler en étroite collaboration avec des commissaires d’expositions et d’imaginer jusqu’à des performances et créations audio-visuelles telles que Colossal Art-Fact-Fiction MMIX Osnabrück en 2011.