© 2017 Libre Esthétique. All rights reserved

 

Discographie - Revue de presse
ORDER CD
CD Weihnachtsbaum - Revue de presse ____ ConcertoNet.com | Décembre 2014
Christine Labroche Sélectionné par la rédaction "Thérèse Malengreau consacre son plus récent album à trois recueils de Noël de trois compositeurs célèbres. Ce ne sont pas les premières œuvres qui viennent à l’esprit à l’évocation de leurs noms mais la pianiste belge fait de ce programme de saison un moment poétique finement coloré qui esquisse avec un charme serein les nostalgies comme les joies profondes des multiples facettes des partitions élues. L’Arbre de Noël (1876) de Liszt prête son titre à l’ensemble d’un récital qui propose en premier lieu Colindes, les «Chants de Noël roumains» de Bartók, dans la version originale de 1918, suivis de Une petite Suite pour Noël, A.D.1979 de George Crumb (né en 1929) inspirée par les fresques de la Nativité de Giotto en l’église de l’Arena de Padoue. Tout en sachant élargir les horizons sonores aux moments opportuns, Thérèse Malengreau crée de ce grand ensemble de miniatures un univers touchant et intime qui contient la «promesse de lumière» que Verlaine associait à Noël et au solstice d’hiver. Son interprétation des deux séries des Colindes de Bartók communique toute la fraîcheur et l’exotisme rythmique et sonore des vingt chants de Noël populaires recueillis et soigneusement annotés par le compositeur lui-même, qui ensuite leur fournit un écrin musical qui exalte discrètement les caractéristiques rythmiques et harmoniques de chacun. Les Rois Mages inspirent à George Crumb des sonorités orientales qu’il obtient par la modalité et par des techniques avancées de jeux directs sur les cordes qui permettent d’affiner encore ses recherches harmoniques et timbrales – blocages, pizzicati ou glissandi que la pianiste effectue sans nuire au phrasé, avec un naturel confondant. Contemplatifs ou percussifs, toujours expressifs, les sept volets contrastés s’émaillent dans la douceur d’effets nuancés de chants, de chorals, de gongs, de cloches, ou de carillons, le sixième au souffle retenu fondé sur une berceuse prémonitoire du XVIe siècle anglais. Liszt songeait à sa petite-fille Daniela en écrivant L’Arbre de Noël (1873-1876), mais sa composition hautement savante trace en quelque sorte le parcours géographique de sa vie. Malengreau en accentue l’ampleur et la belle clarté pleine de sève, les douze volets allant par quatre du connu (appropriation lisztienne de chants populaires de Noël) au fantasque et d’une écriture classique qui touche aux modes d’église à un chromatisme prophétique. C’est une belle aventure – de saison – que l’on peut chaleureusement recommander tant pour la sensibilité et l’élégante précision de l’interprétation que pour son programme bien conçu, original et innovant, qui crée des liens très subtils entre trois compositeurs d’époque et de style tout à fait différents. Les pièces, peu souvent à l’affiche, se mettent en valeur mutuellement, modifiant ainsi l’écoute qui s’en trouve affinée." El Correo de Andalucia | Décembre 2014
I.G. Cabral El disco ideal para cuando la Navidad da un respiro "Olvídese de encontrar este cedé, Weihnachtsbaum, para nosotros El árbol de Navidad en su tienda de discos más cercana (si es que, en ese sentido, tiene algo aún más cercano que la pantalla de su ordenador). No lo localizaría fácilmente. Y sin embargo, el sello belga Etcetera ha puesto en circulaión el disco de Navidad perfecto. Perfecto, claro, sólo si el lector de estas líneas se ve capaz de encontrar una hora de silencio en medio de los rigores bulliciosos de esta época del año. La pianista Thérèse Malengreau aborda una obra muy poco conocida de Franz Liszt. Y de la que existen escasas alternativas. El pianista Roland Pöntinen registró en el año 2000 una bella selcción de El árbol de Navidad para el sello sueco Bis, pero aquí Malengreau ofrece la pieza entera, con un especial sentido de recogimiento, acuciado por una grabacíon cercana y una ejecucíon que busca antes los afectos que el virtuosismo que en estos pentagramas se encierra. Otro universo en miniatura es el que condensa el húngaro Bela Bartok en su serie Colinde, canciones populares navideñas recogidas por el compositor y de cuyo espíritu original queda aquí un trasunto muy alejado, en todo caso, de los jingles que nos azotan en estas fechas. Finalmente, A little Suite for Christmas, del norteamericano Georges Crumb (1929), nos hará pensar en Olivier Messiaen, aunque a través de la óptica más sensual, menos comprometida espiritualmente de Crumb, en una ejcución igualmente prudente."
La Libre Culture | Janvier 2015
Nicolas Blanmont Sélectionné par la rédaction "Belle idée que celle de Thérèse Malengreau : réunir trois cycles de courtes pièces qui ont en commun d'utiliser le piano pour évoquer l'allégresse de Noël. Un répertoire plutôt rare, même quand le compositeur s'appelle Franz Liszt : son Arbre de Noël, douze pièces composées en 1876, est à ce point éloigné de la virtuosité de la majorité de ses œuvres que les rois du clavier semblent ne pas oser le jouer en concert. La pianiste belge le caractérise idéalement, tout comme elle éclaire finement les deux autres cycles : les Colinde, vingt très courts Noëls roumains (de 20 à 50 secondes !) recueillis par Béla Bartók en 1918, ainsi que la Petite suite de Noël de George Crumb, qui joue superbement sur des timbres aux consonances orientales."
> Voir l'article > Voir l'article